Natura 2000

Le réseau Natura 2000 est une déclinaison concrète de la politique de l’Union Européenne en faveur de la préservation de la biodiversité. Ce dispositif incarne au plus près du terrain les Directives européennes “Habitats-Faune-Flore” et “Oiseaux”. Couvrant près du 15% du territoire métropolitain, ce réseau de sites a pour objectif d’assurer la conservation des espèces et des milieux naturels particulièrement menacés à l’échelle du continent. Souvent rares et à protéger, ces espèces et ces milieux sont alors qualifiés “d’intérêt communautaire”.

Le Parc naturel régional du Mont-Ventoux gère 4 sites Natura 2000. Deux chargés de mission agissent en étroite collaboration avec les partenaires et mettent en œuvre des actions de conservation. Ils réalisent par exemple des suivis d’espèces, s’assurent de la prise en compte des enjeux naturels lors d’évènements sportifs…

Suivez nous pour une découverte des différents sites de ce dispositif important pour la protection de la nature au sein du Parc !

Reconnu de longue date pour la richesse de sa faune et de sa flore, le massif du Ventoux accueille plus de 150 espèces d’oiseaux et plus de 1500 espèces de plantes dans ses combes, vallons, crêtes et plateaux.

Cette remarquable biodiversité lui a valu d’être intégré au réseau Natura 2000 en tant que Site d’Importance Communautaire en 2003 avant d’évoluer en Zone Spéciale de Conservation en 2010.

Le site Natura 2000 en quelques mots :

Communes : Aurel, Beaumont-du-Ventoux, Bédoin, Brantes, Saint-Léger-du-Ventoux, Sault et Savoillans
Surface : 3 134 ha
Altitude : 696 à 1910 mètres
Milieux représentés :
Pelouses, landes et garrigues : 14,87 %
Rochers et éboulis : 17,65 %
Forêts : 65,95 %
Bâti : 1,53 %
Biodiversité : Une diversité remarquable en chauves-souris (22 espèces et plusieurs gîtes majeurs), un réseau conséquent de vieilles forêts et des éboulis calcaires d’une richesse floristique exceptionnelle.

Quels sont les principaux enjeux ?

Chaque site Natura 2000 dispose d’un Document d’objectifs (Docob). Véritable colonne vertébrale de la gestion à mettre en oeuvre, ce “Docob” estcomposé d’un tome faisant office de diagnostic et d’un autre contenant l’ensemble des  actions à mettre en œuvre (volet opérationnel).

Le Docob Natura 2000 “Mont Ventoux” fait état d’environ 80 actions à mettre en oeuvre, regroupées dans 4 grands enjeux :

  • Gestion forestière et activités cynégétique
  • Sauvegarde des milieux ouverts (éboulis, landes, garrigues, prairies…)
  • Sauvegarde des espèces
  • Accueil du public et communication

Des actions et du concret

Animé depuis le début des années 2000, le site Natura 2000 “Mont Ventoux” a mis en œuvre, grâce à des financements européens, de nombreuses actions en faveur de la conservation des espèces, de leur milieu de vie (leur habitat)* et des activités sociales et culturelles  du massif.

En 2018, un document regroupant 15 ans d’actions a été réalisé par le Parc du Mont-Ventoux. Celui-ci donne à voir en quelques chiffres, l’importance du site Natura 2000 pour la biodiversité du Géant de Provence :

  • Victime de la progression de la forêt, souvent synonyme de perte de biodiversité, des milieux ouverts (pelouses) accueillant une part importante de biodiversité ont été restaurés sur plus de 180 ha.
  • Afin de soutenir un pastoralisme raisonné sur le massif, 4 citernes pastorales ont été financées mettant à disposition des bergers 150 m3 d’eau. Par ailleurs, l’activité pastorale étant soumise à un cahier des charges adapté aux prairies du Ventoux, 400 000 € d’aide ont été versées aux éleveurs.
  • Une forêt avec des arbres morts est une forêt en bonne santé. En effet, la présence de bois mort (sur pied ou au sol) permet une part importante de la biodiversité (flore, insectes…) d’assurer son cycle de vie. Ainsi, une dizaine d’îlots de sénescence, de plusieurs hectares chacun, ont été créés au fil des ans. Il s’agit de surfaces forestières où aucune intervention (coupe, entretien…) ne sera menée pendant 30 ans afin d’augmenter la biodiversité liée au bois morts (espèces saproxyliques).

 

Connaître et comprendre pour mieux préserver

La connaissance (localisation, effectifs, biologie, état de santé…) des espèces et des milieux est indispensable pour proposer des mesures de gestion pertinentes. Les sites Natura 2000 disposent de moyens financiers pour mettre en place des suivis scientifiques et juger les effets des actions entreprises. Les deux exemples suivants illustrent bien leur utilité :

  • Thématique centrale de la politique Natura 2000, les milieux ouverts font l’objet de plusieurs suivis. Un réseau d’enclos grillagés de quelques centaines de mètres carrés a été installé en 2003 et 2010. En comparant la végétation de l’enclos à celle présente à l’extérieur, il est possible d’observer les effets du pâturage sur la végétation et d’en adapter les modalités si nécessaire.
  • Afin de bien connaître les espèces qui peuplent le site, plusieurs inventaires naturalistes ont été conduits pour mieux connaître les populations de chauve-souris (2014, 2015, 2018). Des colonies de reproduction et dix nouvelles espèces y ont été découvertes, dont la Sérotine bicolore – seule présence connue en Vaucluse. L’existence au cœur du massif du plus important site d’hibernation de Petits et Grands murins de PACA ne fait que confirmer l’enjeu majeur que représente le site Natura 2000 du Mont Ventoux.

De nombreuses autres études sont en cours et concernent notamment les papillons, les insectes liés au bois mort, une vingtaine d’espèces de plantes rares, l’évolution des paysages et la grande faune…

L’Ouvèze et son affluent le Toulourenc, sont deux cours d’eau dont la particularité réside dans leurs influences climatiques à la fois montagnarde à l’amont et méditerranéenne à l’aval. Leur régime est marqué par des crues régulières et des étiages importants. Ils présentent également des lits « en tresse » qui sont propices à l’accueil d’une diversité d’habitats naturels.

C’est celle-là même qui lui a valu d’être intégré au réseau Natura 2000 en tant que Site d’Importance Communautaire en 2006 avant d’évoluer en Zone Spéciale de Conservation en 2010.

Identifiant : N° FR 9301577
Communes : Aulan, Bédarrides, Brantes, Courthézon, Crestet, Entrechaux, Faucon, Gigondas, Jonquières, Malaucène, Mollans-sur-Ouvèze, Montbrun-les-Bains, Rasteau, Reilhanette, Roaix, Sablet, Saint-Léger-du-Ventoux, Saint-Marcellin-lès-Vaison, Sarrians, Savoillan, Séguret, Vacqueyras, Vaison-la-Romaine, Violès.
Surface : 1 247 hectares
Linéaire : 81 kilomètres
Altitude : 17 à 740 mètres

Milieux représentés :
Milieux forestiers : 57.1 %
Milieux aquatiques : 20.1 %
Milieux agricoles : 11.5 %
Milieux herbacés: 7.8 %
Milieux urbains : 3.1 %
Milieux rupestres : 0.4 %

Biodiversité : Le cordon de ripisylve de part et d’autre des deux cours d’eau offre une véritable qualité d’accueil pour de nombreuses espèces, comme les chauves-souris ou le castor d’Europe. Les habitats caractéristiques des cours d’eau en tresse sont quant à eux propices à la reproduction de plusieurs espèces de poissons d’Intérêt Communautaire.

Quels sont les principaux enjeux ?

Chaque site Natura 2000 dispose d’un Document d’objectifs (Docob). Véritable colonne vertébrale de la gestion à mettre en oeuvre, ce “Docob” est composé d’un tome faisant office de diagnostic et d’un autre contenant l’ensemble des actions à mettre en œuvre (volet opérationnel).

Le Docob Natura 2000 « L’Ouvèze et le Toulourenc » fait état de 23 actions à mettre en œuvre, qui sont regroupées dans 4 principaux objectifs de gestion :

  • Gestion des habitats et des espèces
  • Suivi et amélioration des connaissances
  • Animation, sensibilisation et communication
  • Gestion de la fréquentation du site

Des actions et du concret

Joyau dans la vallée, le Toulourenc gagne en popularité chaque année. Ainsi, des flots de visiteurs déambulent dans ses gorges chaque année, troublant ainsi la tranquillité des habitants de la rivière. En effet, il ne faut pas oublier que c’est le milieu de vie de nombreuses espèces animales, qui s’y nourrissent, s’y reproduisent et s’y reposent.

C’est aussi un milieu à risque de part ses crus torrentielles très rapides. N’hésitez pas à consulter les consignes préventives en téléchargeant le document d’information:
En français ou en anglais

C’est dans le but de préserver ce milieu exceptionnel que depuis 2015, un comité de suivi sur la gestion des Gorges du Toulourenc se réunit de manière bisannuelle. Ainsi, les nombreux acteurs concernés échangent et avancent conjointement afin d’élaborer la meilleure stratégie possible pour canaliser le flux de visiteurs toujours plus abondant chaque année.

La création de ce comité de suivi se justifie d’autant plus que la gestion de la fréquentation dans le Toulourenc a été clairement identifiée dans le Docob.

Quels sont les bons réflexes à adopter?
– ramener ses déchets chez soi pour ne pas polluer le site
– éviter de marcher dans le cours d’eau pour le préserver
– apprécier la tranquillité des lieux pour pouvoir observer la faune s’activer
– déconstruire les petits barrages de galets pour laisser l’eau et les poissons circuler

Connaître et comprendre pour mieux préserver

Depuis 2013, le Parc naturel régional du Mont-Ventoux (ancien SMAEMV) porte l’animation du site Natura 2000 de l’Ouvèze Toulourenc. Ainsi, grâce aux financements de l’Europe, plusieurs actions en faveur de la conservation des espèces ou de leurs habitats naturels ont pu être mises en place.

C’est ainsi que des suivis naturalistes peuvent voir le jour, permettant par la suite d’orienter les mesures de gestion, et de voir naître d’éventuelles contractualisations. A titre d’exemple, ces deux études récentes :

  • Au titre de site Natura 2000 centré sur un cours d’eau, les poissons apparaissent comme le cortège d’espèces central à étudier. C’est pour cela qu’une étude des peuplements piscicoles du Toulourenc s’est déroulée en 2019. Elle compare alors  les résultats obtenus entre 2014 et 2019. Sur cette base-là, de nouvelles études pourront voir le jour afin d’étudier plus précisément la qualité physico-chimique du cours d’eau.
  • La ripisylve (littéralement la forêt sur la rive) est un élément clé dans le maintien de la qualité de ce site Natura 2000. En effet, en plus de permettre la fixation des berges par l’enracinement des arbres, ceux-ci accueillent une faune très variée. C’est pour cela qu’une étude spécifique sur l’état  fut menée en 2019. Cela nous a permis d’étudier l’état de conservation de la ripisylve, et d’ainsi définir des secteurs prioritaires d’intervention (restauration, mise en défens…).

Des suivis naturalistes annuels sont également assurés par la personne en charge de l’animation du site Natura 2000 de l’Ouvèze Toulourenc comme par exemple :

  •         Suivi des traces et indices de présence du Castor d’Europe
  •         Recherche d’indices de présence de la Loutre d’Europe

Faisant partie des sites naturels les plus originaux de Provence, ce canyon dépassant par endroit 400 m de profondeur, varie de milieux humides et encaissés à un environnement de prairies fleuries et de vieilles forêts. Toutefois, ce sont incontestablement les grottes et les falaises qui marquent la grandeur du site.

La remarquable biodiversité présente lui a valu d’être intégré au réseau Natura 2000 en tant que Zone Spéciale de Conservation en 2007. Depuis 2012, le PNR du Mont-Ventoux assure la mise en œuvre du Document d’Objectifs du site..

Le site Natura 2000 en quelques mots :

Communes : Blauvac, Méthamis, Monieux et Villes-sur-Auzon
Surface : 1 233 ha
Altitude : 281 à 859 mètres
Milieux représentés :
Eaux douces et prairies humides : 1,05 %
Pelouses, landes et garrigues : 16,01 %
Rochers et éboulis : 7,17 %
Forêts : 74,19 %
Bâti : 1,58 %
Biodiversité : Des falaises qui hébergent de nombreuses espèces, un espace de tranquillité remarquable au fond des gorges et une espèce de fleur endémique.

Quels sont les principaux enjeux ?

Chaque site Natura 2000 dispose d’un Document d’objectifs (Docob). Véritable colonne vertébrale de la gestion à mettre en œuvre, ce “Docob” est composé d’un tome faisant office de diagnostic et d’un autre contenant l’ensemble des  actions à mettre en œuvre (volet opérationnel).

Le Docob Natura 2000 “Gorges de la Nesque” fait état d’une trentaine d’action à déployer, regroupées dans 5 grands enjeux :

  • Garantir la conservation des habitats forestiers du fond des gorges
  • Maintenir et restaurer les pelouses sèches d’intérêt communautaire
  • Maintenir en bon état de conservation les forêts de Chêne verts et augmenter la superficie des chênaies âgées
  • Augmenter la capacité d’accueil du site pour les espèces de chauves-souris
  • Assurer la compatibilité entre les activités récréatives et la conservation des habitats et des espèce

Des actions et du concret

Depuis 2009, l’animation du site Natura 2000 “Gorges de la Nesque” a permis, grâce à des financements Européens et d’Etat, de mettre en place de nombreuses actions en faveur de la conservation des espèces, de leur milieu de vie (leur habitat) et des activités sociales et culturelles du massif. Quelques-unes de ces actions sont présentées ci-après :

  • Les gorges de la Nesque attirent de nombreux amateurs d’escalade, motivés par le défi que représente certaines de ses falaises. Face auxnombreux enjeux environnementaux, certains sites ont fait l’objet d’aménagements spécifiques (équipements de voies, balisage, panneaux d’informations…) tandis que d’autres n’ont pas vocation à être fréquentés.
  • Dans les gorges, de nombreux avens se dissimulent parmi les buis, les genévriers et autres Chênes verts. Se révélant parfois accidentogènes, certaines entrées d’aven ont été obstruées pour éviter les chutes. Pourtant, il est primordial d’en garantir un accès libre aux chauves-souris afin qu’elles puissent notamment se protéger des rigueurs de l’hiver. Ainsi, l’installation d’un dispositif de protection et une information au public sont prévues pour 2021, ce qui facilitera les allées et venues des chiroptères.
  • Bien que primordiaux pour la biodiversité, car support de nombreuses espèces, les milieux ouverts sont rares dans le périmètre du site Natura 2000. Environ 3 hectares de ces milieux ont ainsi été restaurés en 2014. En plus d’être riche en espèces, ils constituent une ressource alimentaire d’importance pour de nombreux animaux (grande faune, chauves-souris, prédateurs divers…).

Connaître et comprendre pour mieux préserver

La connaissance (localisation, effectifs, biologie, état de santé…) des espèces et des milieux est indispensable pour proposer des mesures de gestion pertinentes. Les sites Natura 2000

  • disposent de moyens financiers pour mettre en place des suivis scientifiques et juger les effets des actions entreprises. Les deux exemples suivants illustrent bien leur utilité :
  • Espèce endémique des gorges de la Nesque, la Nivéole de Fabre fait l’objet de nombreuses attentions. Une veille est réalisée sur les quelques sites où elle est connue et chaque année, des recherches sont réalisées par des professionnels ou des amateurs passionnés pour trouver de nouvelles zones de présence. Cette connaissance permet de protéger cette espèce lors de travaux ou d’évènements sportifs par exemple.
  • Difficilement accessible, le fond des gorges de la Nesque est resté protégé de l’exploitation forestière durant les dernières décennies. Ainsi, certains peuplements forestiers sont désormais très âgés et font l’objet d’un suivi scientifique. Refuges de nombreuses espèces protégées, ces milieux sont l’une des nombreuses qualités environnementales de ce secteur.

Qualifié de rivière méditerranéenne en tresse, l’Aygues est un cours d’eau à l’hydrologie particulière. En effet, il alterne entre périodes d’assecs et crues violentes. Cet ensemble de caractéristiques particulières permet à ce site d’héberger une remarquable diversité d’habitats naturels.

Ainsi, l’Aygues a été intégré au réseau Natura 2000 en tant que Site d’Importance Communautaire en 2008 pour ensuite évoluer en Zone Spéciale de Conservation en 2010.

Le site Natura 2000 en quelques mots :

Identifiant N° FR 9301576

Communes : Buisson, Cairanne, Camaret-sur-Aygues, Orange, Sainte-Cécile-les-Vignes, Saint-Maurice-sur-Eygues, Saint-Roman-de-Malegarde, Sérignan-du-Comtat, Travaillan, Tulette, Villedieu.
Surface : 817 hectares
Linéaire : 30 kilomètres
Altitude : 50 à 208 mètres
Milieux représentés :
Milieux humides : 35%
Milieux forestiers 37.4 %
Milieux ouverts 4.5%
Milieux anthropiques 23 %

Biodiversité : La diversité des habitats naturels formés par ce cours d’eau lui permet d’accueillir une faune remarquable, avec plusieurs espèces de chauves-souris, et même la Loutre et le Castor d’Europe.

INRAE IMACODE

L’aygues abrite également plusieurs stations de Petite massette, qui est une plante protégée au niveau national.

Quels sont les principaux enjeux ?

Chaque site Natura 2000 dispose d’un Document d’objectifs (Docob). Véritable colonne vertébrale de la gestion à mettre en œuvre, ce “Docob” est composé d’un tome faisant office de diagnostic et d’un autre contenant l’ensemble des  actions à mettre en œuvre (volet opérationnel).

Le Docob Natura 2000 « L’Aygues » fait état de 11 actions à mettre en œuvre, qui sont regroupées dans 5 principaux objectifs de gestion :

  •         Fonctionnalités
  •         Qualité du site – Biodiversité
  •         Suivis écologiques
  •         Sensibilisation
  •         Animation / mise en œuvre du Docob

Connaître et comprendre pour mieux préserver

Depuis 2013, le Parc naturel régional du Mont-Ventoux (ancien SMAEMV) porte l’animation du site Natura 2000 de l’Aygues. Ainsi, grâce aux financements de l’Europe, plusieurs actions en faveur de la conservation des espèces ou de leurs habitats naturels ont pu être mises en place.

C’est ainsi que des suivis naturalistes peuvent voir le jour, permettant par la suite d’orienter les mesures de gestion, et de voir naître d’éventuelles contractualisations. A titre d’exemple, ces deux études récentes :

  • Parmi les espèces remarquables présentes sur le site figure l’Agrion de Mercure. Cette « libellule » d’un bleu turquoise saisissant affectionne tout particulièrement les cours d’eau à faible courant. Sur l’Aygues, on le retrouve principalement dans des bras annexes ou dans des petits ru agricoles. Afin d’en savoir plus sur son état de conservation et celui des autres espèces de « libellules » dans ce site Natura 2000, une étude spécifique a été menée en 2020. Elle a permis de noter la présence d’une autre espèce remarquable : la Cordulie à corps fin. Contrairement à son comparse, celle-ci préfère les eaux plus vives, on la retrouve alors plutôt dans le cours vif de l’Aygues.
  • La ripisylve (littéralement la forêt sur la rive) est un élément clé dans le maintien de la qualité de ce site Natura 2000. En effet, en plus de permettre la fixation des berges par l’enracinement des arbres, ceux-ci accueillent une faune très variée. Ainsi, une étude spécifique fut menée en 2019 ; celle-ci nous a permis d’étudier l’état de conservation de la ripisylve, et d’ainsi définir des secteurs prioritaires d’intervention (restauration, mise en défens…).

Des suivis naturalistes annuels sont également assurés par la personne en charge de l’animation du site Natura 2000 de l’Aygues, comme par exemple :

  • Suivi des stations de Petite massette
  • Recherche d’indices de présence de la Loutre d’Europe

 

Pourquoi réaliser une évaluation des incidences Natura 2000 ?

L’évaluation des incidences est un outil d’anticipation et de prévention qui permet d’assurer l’équilibre entre préservation de la biodiversité et activités humaines. En effet, les sites Natura 2000 sont des espaces naturels à très haute valeur écologique où il convient de prendre certaines précautions.

Ainsi, avant de réaliser certaines opérations ou travaux, il est parfois nécessaire d’évaluer les impacts que ces derniers pourraient causer sur les espaces naturels. A titre d’exemple, et dans un souci d’exemplarité, cela a notamment été le cas pour les travaux de réhabilitation du sommet du mont Ventoux.

Les manifestations sportives les plus importantes font également l’objet d’une évaluation similaire mais dans des conditions simplifiées. Dans ces cas-là, cette évaluation est à joindre au dossier de déclaration ou de demande d’autorisation et à déposer à la Sous-Préfecture de Carpentras. Les services de l’Etat sollicitent par la suite le Parc qui doit formuler un avis sur l’événement.

Attention, pour éviter d’être confronté à un avis négatif quelques semaines avant l’évènement, souvent synonyme d’annulation, il est important de prendre contact avec le PNR le plus en amont possible (au moment de la définition du tracé notamment).

 

Le rôle du PNR Mont-Ventoux et des chargés de mission Natura 2000

Les agents du Parc doivent être contactés le plus tôt possible, dès les prémices de la manifestation. Ils seront en mesure de vous accompagner dans la planification de votre événement (tracé, emplacement des ravitaillements, zones réservées au public…) et pourront vous renseigner sur la marche à suivre en matière réglementaire. De nombreux documents seront également mis à votre disposition afin que votre manifestation soit compatible avec les enjeux naturels du territoire.

Etes-vous concernés ?

Dans les sites Natura 2000, la France a fait le choix de fixer des listes d’activités devant faire l’objet d’une évaluation de leurs incidences sur les habitats et les espèces. Ces listes sont consultables en cliquant sur les liens ci-après :

Néanmoins, les services de l’Etat appliquent souvent un principe de précaution et jugent généralement préférable de demander une évaluation dès lors qu’une manifestation à lieu dans ou à proximité d’un site Natura 2000.

 

Le formulaire d’évaluation des incidences Natura 2000

La réglementation en vigueur prévoit un formulaire simplifié pour les manifestations sportives. Dans le département de Vaucluse, celui-ci a été adapté et s’accompagne de fiches pratiques afin d’en faciliter le remplissage.

Tous ces éléments sont téléchargeables ici :

Si votre projet ne concerne pas un événement sportif, il convient d’utiliser le formulaire suivant :

 

Et pour finir, le petit lexique pour mieux comprendre Natura 2000 et ses sigles

APPB : Arrêté préfectoral de protection de biotope

COPIL : Comité de pilotage

Docob : Document d’objectifs

Espèce endémique : Espèce qui n’existe que dans une zone géographique restreinte

MAEC : Mesure agri-environnementale et climatique

MAET : Mesure agro-environnementale territorialisée

RBI : Réserve biologique intégrale

ZPS : Zone de protection spéciale (liée à la Directive Oiseaux de 1979)

ZSC : Zone spéciale de conservation (liée à la Directive Habitats Faune Flore de 1992)

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×